Tags: kinésitherapeute

Interdiction d’exercer faute de cotisation pour une kinésithérapeute

In : Actualité de la rééducation, L'actualité de la kinésithérapie, Posted by charles on août.08, 2010

Dans le domaine de la kinésithérapie comme dans quelques autres, un Ordre assez récent a été créé pour représenter les praticiens. Loin de faire l’unanimité de part une légitimité contestée, l’obligation qu’a chacun de s’y inscrire moyennant une cotisation comprise entre 130 et 280€ (selon le statut libéral ou salarié et l’assimilation cadre ou non de ce dernier) pose problème.

Ordre national de kinésithérapie

L’affaire opposait donc à partir d’hier l’Ordre à une kinésithérapeute exerçant depuis 1986 pour « exercice illégal de la profession de kinésithérapeute ». Fait assez rare, surtout quand on sait que sur 60 000 kinésithérapeutes en France, environ 8 000 sont dans la même situation. Seulement le procès devrait tourner court puisque risquant l’interdiction d’exercer, la principale intéressée à renvoyé son dossier d’inscription à l’Ordre.

Toutefois l’histoire ne s’arrête pas là puisque surprise et mécontente de voir son cas traité de manière exceptionnelle, la kinésithérapeute entend bien expliquer son choix de ne pas s’inscrire sur la scène publique mise à sa disposition depuis hier.

L’auteur de l’article « Un kiné au tribunal pour ne pas avoir cotisé à l’Ordre » fait le parallèle avec la situation des infirmières et infirmiers, en délicatesse également leur Ordre. Ce dernier pourrait en effet faire pression sur ceux n’ayant pas cotisé en menaçant leur droite d’exercer. Toutefois le faible taux d’inscription risque de compliquer la situation.



La kinésithérapie au secours de l’anoxerie

In : Actualité de la rééducation, Posted by charles on juin.06, 2010

la kinésithérapie contre l'anorexieUn article très intéressant sur l’utilisation de la kinésithérapie dans le cadre de l’anorexie a été publié sur le site du figaro en début de mois. Méconnue, la pratique permet de faire travailler les malades (très majoritairement des femmes) sur la représentation qu’elles ont de leur corps, notamment au niveau des volumes. Cette déficience est d’ailleurs bien illustrée par la kinésithérapeute Béatrice Després interrogée dans l’article : « Elles se voient comme démesurément grosses ou perdent la notion de volume. Elles ne pensent pas, par exemple, à se mettre de profil pour passer entre deux voitures, elles font toujours le tour. » L’anorexie entraine une perte de sensation sur laquelle il faut s’exercer, c’est pourquoi un atelier « motricité » a été mis en place. On y réapprend aux personnes malades à effectuer certains mouvements du quotidien.

L’équipe de kinésithérapeutes du centre Abadie à Bordeaux travaille également sur la musculation des malades. Il est très important de les accompagner dans cette phase quand on sait que les personnes anorexiques ont perdu les notions de fatigue et de douleur. Enfin l’aspect massage de la discipline, source d’appréhension en raison du contact peau à peau, doit être amené par étapes.

Pour plus d’informations, je vous suggère l’article complet du figaro intitulé : « Anorexie : Reprendre contact avec son corps par la kinésithérapie« 

Au même titre que l’article publié quelques mois plus tôt sur la rééducation suite à un traumatisme crânien, celui-ci démontre que les domaines d’application de la kinésithérapie n’ont de cesse de s’élargir.



Comment se déroule une séance chez le kiné ?

In : Actualité de la rééducation, Le métier de kiné, Posted by astrid on juin.06, 2010

kinéSi avant votre première rencontre avec un kinésithérapeute, vous souhaitez récolter quelques informations sur la façon dont se déroule une séance, vous êtes à la bonne adresse !

Tout d’abord, sachez qu’un kiné travaille sur prescription médicale : un spécialiste ou un médecin traitant établit un diagnostic au préalable afin de déterminer ce qu’il faut soigner et combien de séances sont nécessaires (modulables selon les progrès effectués au fil des séances).

Le kinésithérapeute établit un programme de rééducation en fonction de vos besoins. Cela peut consister en des massages, donc pas d’action de votre part, ou en des petits exercices et des mouvements que vous devrez effectuer avec ou sans matériel (ballon, altères, …). Il est possible que votre kiné ait recours aux séances de groupe :   il vous recevra en même temps que plusieurs patients, et vous pourrez procéder aux exercices dans de petits box.

Les séances de kinésithérapie peuvent durer de 20 minutes à 1 heure environ. Une séance coûte aux alentours de 20€ (selon le kiné et la région dans laquelle il pratique), mais vos séances vous seront remboursées à 60% par la sécurité sociale et à 40% par votre mutuelle en général.



Des étirements simples présentés par une kinésithérapeute sur votre iphone

In : Actualité de la rééducation, L'actualité de la kinésithérapie, Les bonnes pratiques de kinésithérapie, Posted by charles on mar.03, 2010

« Etirements faciles » : un site et une application iphone

Né de l’association entre Frédérique Schricke, masseur-kinésithérapeute à Cambrai et kiné de l’équipe de France d’athlétisme, avec Jean-Sébastien Galloo, directeur d’une société qui développe des applications pour iphone, le principe est simple : proposer des étirements simples et efficaces aux sportifs.

étirements faciles sur iphone

L’idée de départ est survenue suite au constat qu’il n’existait pas de plateforme réunissant des exercices d’étirement faciles simples à effectuer pour préparer l’effort. Viennent ensuite les séances de tournage dans l’optique de proposer un support visuel aux conseils apportés ainsi que la mise en place des dispositifs techniques. En ligne depuis le 19 février 2010, l’application compte déjà plus de 5500 téléchargements.

Un outil de prévention à l’égard des sportifs occasionnels comme expérimentés

L’application permet de faire son choix parmi les exercices proposés en fonction du muscle qui sera sollicité ou de la discipline que l’on s’apprête à pratiquer. A l’heure actuelle 2 disciplines sont disponibles, à savoir la course à pied et le ski. L’objectif étant d’étoffer le catalogue (3 nouveaux sports en cours de préparation et disponibles d’ici avril) et de rendre l’expérience plus interactive en faisant participer les utilisateurs.

La co-fondatrice Frédérique Schricke tient à préciser qu’il ne s’agit ici nullement de court-circuiter le travail des kinésithérapeutes : « Dans cette application, nous sommes dans la prévention, pas dans le soin. Ce n’est pas un site concurrent à la kinésithérapie, c’est un travail en amont, un autre aspect de notre métier qui est la prévention à travers un support ouvert au grand public. » On parle donc bien ici de prévention liée à la pratique, trop courante malheureusement, du sport sans étirements. Un grand nombre de pépins tels que les déchirures et autres courbatures pourraient ainsi être évitées. A ce titre, je me permets de vous renvoyer vers l’article paru en décembre dernier concernant les soins de base liés aux blessures musculaires ou articulaires.

Pour tous ceux que ça intéresse, n’hésitez pas à faire un petit tour sur le site d’étirements faciles, vous y trouverez bien sûr l’application pour iphone, ainsi que les dernières mises à jour la concernant.