Tags: locked-in syndrome

Un nouveau dispositif pour aider les personnes handicapées moteur

In : Actualité de la rééducation, Pathologies et traitements, Posted by charles on août.08, 2010

Mis au point par des chercheurs de L’institut Weizmann à Israël, le système fonctionne grâce à l’air expiré par le nez et la pression qu’il exerce. Le contrôle de la pression se fait par le voile du palais, partie de la bouche contrôlée par les nerfs crâniens et très souvent intactes après une lésion , même très importante (de type AVC). Pour information, ce sont ces mêmes nerfs crâniens par lesquels passe le clignement des yeux.

Une avancée pour les victimes du syndrome d'enfermementC’est parce que ces nerfs sont rarement endommagés que le langage communément utilisé pour communiquer avec une personne handicapé moteur est basé sur le clignement des yeux. Il s’agit bien souvent du seul moyen disponible pour rester en contact avec les personnes souffrant du syndrome d’enfermement (ou Locked-In Syndrome).

Les chercheurs ont donc cherché à exploiter une autre partie du corps, toujours contrôlable après une lésion et permettant un champ d’actions plus vaste. C’est finalement en convertissant la respiration en signaux électriques qu’ils ont conçu un système permettant de commander divers appareils. De l’ordinateur au fauteuil roulant, les exemples et les témoignages pour vanter les mérites du dispositif ne manquent pas, en voici quelques extraits :

- «Cet appareil nous a permis de communiquer avec des personnes lourdement handicapées, et même avec celles qui ne pouvaient pas cligner des yeux. Nous avons une patiente qui ne pouvait pas du tout cligner et qui nous envoie des courriels par le biais de la respiration. C’est plutôt émouvant.» confie le professeur Noam Sobel, un des principaux auteurs de cette étude.

- «Un tétraplégique a pu utiliser le contrôleur de respiration pour piloter un fauteuil roulant électrique avec une grande précision après seulement quinze minutes d’entraînement».

Un brevet a d’ores et déjà été déposé par L’institut Weizmann. En cas de production massive, le professeur Sobel espère pouvoir commercialiser le dispositif pour une somme comprise entre 8 et 15 €. Cette avancée constitue un grand pas en avant pour les personnes en souffrance, on ne peut qu’espérer qu’elle sera à l’origine de bien d’autres.

Pour plus d’informations, je vois renvoie vers l’article La respiration, nouvel espoir pour les handicapés moteur ? paru dans 20 minutes.